Contrat d’épargne, objectifs et caractéristiques

par | 15 Jan, 2019 | Epargne

Temps de lecture : 15 minutes

J’entends et je lis trop souvent des préjugés, voire des contre-vérités, sur les produits d’épargne. Par exemple, on utilise le terme « assurance-vie » à toutes les sauces, sans véritablement savoir de quoi on parle. Il est vrai que nous ne sommes pas aidés, car même certains articles de presse, dite « spécialisée », ont tendance à faire des raccourcis. J’ai donc aujourd’hui envie de remettre les maux/mots à leur place.

Avant tout, il est important de comprendre ce qu’est un contrat d’épargne, quelles en sont ses caractéristiques et son objectif. Pour simplifier, il en existe deux grandes familles :

1- Les produits bancaires

Le livret A et le Livret de Développement Durable (LDD), anciennement Codevi. Ces deux livrets sont disponibles à tout moment, rémunérés « généreusement » à 0,75% et dit sécurisés… tant que votre banque ne présente pas de défaut de liquidité. Ces livrets correspondent ni plus ni moins au dessous de matelas de ma grand mère auvergnate ! Disposer des deux n’est pas forcément pertinent de nos jours et les plafonner revient à perdre de l’argent si l’on compare leur rendement avec le taux réel d’inflation.

Le Plan Epargne Logement (PEL) et le Compte Epargne Logement (CEL). Dédiés à l’investissement immobilier, ces contrats n’ont cessé de voir leur rémunération chuter. Au premier février 2016, leur rendement est passé à 1,6%. Autre inconvénient : ces contrats ne sont pas totalement disponibles. Tout retrait, même d’un simple euro, entraîne automatiquement leur clôture. Enfin, compte tenu des taux historiquement bas que nous connaissons maintenant depuis plusieurs mois, les supposés avantages de ces supports ne présentent vraiment plus d’intérêts (sans mauvais jeux de mots).

Ceci étant dit et venant de me faire de nouveaux amis parmi les banquiers, voyons maintenant comment faire fructifier votre épargne dans de meilleures conditions !

2- Les produits dits « d’Assurance-Vie »

Il s’agit de solutions pouvant être proposées par les banques, les assureurs et certains conseillers indépendants, comme votre humble serviteur. Et là, c’est la cacophonie. On entend tout et son contraire, en fonction de ce qu’a voulu vous vendre votre interlocuteur. Certains avantages ont été soigneusement mis en avant alors que les inconvénients ont été pieusement oubliés… par souci purement commercial, mais très souvent aussi faute de compétences.

Il existe six grands produits, ayant chacun leurs caractéristiques (ces dernières étant trop longues à présenter, je vous invite à suivre les liens ou à me contacter):

-l’Assurance-Vie, -les contrat de capitalisation, -le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP) (Epargne disponible au moment de la retraite), -les contrats Madelin (Epargne disponible au moment de la retraite), -le compte titres, -le PEA (Plan d’Epargne en Actions),

Ce qu’il est important de comprendre c’est que chacun de ces contrats peut disposer du même type d’architecture. On appelle cela une « allocation ». Vous pourriez ainsi disposer de tous ces contrats en ayant la même allocation pour chacun. Imaginez six modèles de voiture différents, ayant toutes le même moteur !

Tout l’intérêt de ces contrats est de pouvoir, en fonction de leurs caractéristiques, les configurer selon vos besoins.

Vous pouvez ainsi définir que votre contrat sera plus ou moins sécuritaire, plus ou moins disponible, ou plus ou moins performant. Vous pourriez par exemple détenir deux contrats dits « d’assurance-vie » dont l’un, au profil plus risqué, serait plus rémunérateur que l’autre, bâti sur un profil plus sécuritaire.

Forts de ces explications, vous ne pourrez désormais plus dire, ou lire sans reconnaitre l’erreur, que les rendements de l’assurance vie sont en baisse ! Il s’agit en effet très souvent d’un raccourci qui conduit à faire l’amalgame avec les seuls « fonds euros », qui sont à la base de tout contrat d’assurance-vie, en France. Alors oui, les fonds euros ne cessent de baisser, mais si votre contrat est structuré et organisé en respect de conseils personnalisés et réguliers, il devrait profiter d’une allocation vivante et sur mesure apportant une performance en adéquation avec votre profil d’épargnant.

Et si nous en parlions ensemble?

06 47 29 23 21

Par mail

Guillaume Charpentier

Conseil en Investissement Financier (CIF) n° E 00 84 52 Membre de l’ANACOFI
Inscrit à l’ORIAS n° 160 05 083 (www.orias.fr
Courtier en Assurance (CA)
Mandataire en Opération de Banque et Service de Paiement (MOBSP)

Ma conclusion au sujet des contrats d’épargne

Votre épargne est le fruit de votre travail. Il serait dommage de la répartir sur des supports dont vous ne connaissez ni les caractéristiques ni les possibilités d’allocation. Et surtout, cela vous priverait d’opportunités d’optimisation de votre capital. Quels que soient vos projets, votre aversion au risque, ou votre besoin de rendement, se contenter d’un contrat épargne « packagé » serait une erreur. Ne pas ajuster votre contrat dans le temps en serait une deuxième, car les marchés financiers évoluent sans cesse, apportant ainsi de belles opportunités.

C’est dans cet esprit que je me propose de vous conseiller et de vous accompagner, afin de construire ensemble une épargne qui répondra à vos différents objectifs dans le temps.

Au plaisir de vous lire ou de vous entendre.

Les plus

  • Simplicité

Les moins